The Soft Parade

The Doors

Pays : USA
Date de sortie : 1969
Label : Elektra
Site du groupe : /thedoors.com/home

Rock

Ecouter sur  | + d'infos sur  | Achetez sur

Lecteur audio Youtube indisponible !

La Chronique de Mr Malo : Avis aux fanatiques, aux amoureux transis, aux midinettes dévorées par la passion et aux philosophes de la musique qui se demandent fermement si le Morrisonisme est un humaniste...Il est possible de trouver des failles dans un disque des Doors. Celles de « The Soft Parade » font d'ailleurs dans la parité car à chaque membre du groupe californien sa (petite) faillite personnelle. Densmore abuse du côté jazzy de son jeu, Manzarek perd en virtuosité, Krieger ne peut pas tout faire et ce bon vieux Jim est aussi concerné par la genèse du disque que votre serviteur par la philatélie. Mention spéciale pour Paul Rothchild et sa volonté farouche d'introduire des cuivres dans la musique d'une formation qui respire pourtant de plus en plus le blues-rock. Je vois à vos visages congestionnés et à vos incisives baveuses que faudrait tout de même pas déconner avec la production d'un des plus grands groupes de rock de tout l'univers. Certes, les faiblards « Do it » ou « Eazy ride » mis de côté, les faux-hippies de Venice Beach ont encore des illuminations tubesques comme « Touch me » ou des épopées incontestables à l'image de la dernière plage de la galette qui file son nom au bébé. « The Soft Parade » est une superbe anomalie dans la carrière des Doors, une transition douloureuse entre les politiciens de l'érotique qui ont bousculé les codes de l'acid-rock  et les ténors du blues-rock en devenir. La suite ? La suite si vous ne la connaissez pas se déploie sur deux années entre fiascos en live et livraisons studio dignes des plus grands. Deux années à peine pendant lesquelles Morrison crame ses dernières cartouches vitales à la poursuite d'un rêve de réalisation cinématographique qui n'aboutira jamais. La fin ? Elle ne viendra jamais, les mômes fument toujours leurs premiers pétards en écoutant « The end », les hommes et les femmes s'aiment et se séparent encore sur « Roadhouse blues », les vieux se régalent plus que jamais sur « Riders on the storm » en songeant que c'était peut-être mieux avant. Le Strip résonne encore des virées nocturnes du roi-lézard, les autres membres touchent des tonnes de royalties et la ville des anges n'a pas encore sombré dans le Pacifique. La fin ? Si vous la connaissez, faites-moi savoir.

  • MARDI 10 NOVEMBRE /// THE ANGELCY + MALHABILE /// AKWABA
  • Faada Freddy – Crest Jazz Vocal 2015
  • Le Cabaret Vert selon....
  • Le Bouche à Oreille #16 - Set&Match
  • Concert de The Soft Moon à l'I-Boat
  • Le Bouche à Oreille #15 - Gontard

ENVOYEZ NOUS VOS PROJETS Á :
Un Disque Un Jour
350 Chemin du Pérussier
84170 Monteux

On est qui et on fait quoi ? Un Disque Un Jour est un rendez-vous pris quotidiennement avec tous les curieux de la musique et dont le but est de faire découvrir ou redécouvrir des disques dans tous les styles et qui valent le coup d'être écoutés. L'équipe est composée actuellement de 10 personnes + quelques électrons libres et nos critères de choix sont totalement subjectifs, basés sur des goûts personnels et ne souffrent d'aucune contrainte. Pour nous suivre rendez-vous également sur facebook et twitter.

Pour nous contacter :
Programmation, chronique d'album, presse, pro & publicité : hello@undisqueunjour.com

Partenaires :