Live at the Royal Albert Hall - 1966

Bob Dylan

Pays : USA
Date de sortie : 1998
Label : Columbia
Site du groupe : www.bobdylan.com/us/home

Rock

Ecouter sur  | + d'infos sur  | Achetez sur

Lecteur audio Youtube indisponible !

La Chronique de Mr Moka : Y'a des jours où on aimerait avoir plus de temps et d'énergie, et c'est dommage parce que cette album cristallise une période, une époque, une vie de musique. Dylan avant 1966, c'est ce jeune trublion contestataire de Greenwich village, sérieux, militant et brillant, que l'on aime pour son engagement aux côté des grandes causes de l'époque. Le Vietnam, les droits civiques, les erreurs judiciaires, et tous les conservatismes. C'est pour ça qu'on l'aime et qu'on va voir ses concerts avec sa petite copine et un pull en laine marron. C'est ce qu'on attend de Dylan, et c'est ce qu'attend aussi le public de Manchester. C'est ce qu'il offre bien volontiers, assumant sans rechigner son rôle d'artiste présent dans son époque, et il a raison d'ailleurs. Applaudissements polis. Mais Dylan c'est encore plus que ça, il est capable de beaucoup plus, il est capable de tout. Il n'a jamais voulu renier ses engagements, mais il veut explorer toutes les voies de la musique, de la poésie, de l'écriture et du monde sensible. Il laisse son public avant l'entracte avec Tambourine Man. Il commence la deuxième partie avec un blues électrique au possible, basse roulante, batterie qui tape avec insistance, rifs qui claquent entre la scène et le public. Une audace tellement belle qu'on arrive à imaginer les regards gênés et incrédules. « And now it goes like this » annonce-t-il à la fin de sa chanson. Le reste est à l'avenant, et puis un « Ballad of a thin man » jouissif et extatique. Dresser l'oreille dans l'intervalle qui le sépare de « Like a Rolling Stone », un spectateur brise la politesse outrée de l'assistance : « Judas ! » crie-t-il en porte-voix d'une grande partie du public. Réponse de l'accusé : « I don't believe you... You're a lyier ! », qui lance à son batteur : « Play fucking loud ! ». Et commence l'une des interprétation de « Like a Rolling Stone » les plus échevelée du monde. La batterie ne s'est pas faite prier, Dylan beugle dans son micro, étouffant sans doute de colère. Et voilà, Dylan maintenant, « it goes like this ». Ce sera le début d'une longue recherche qui continue encore, des périodes, des moments, et des convictions traversées, retournées, consumées. C'est une interprétation différente à chaque fois, c'est pour ça que les gens ne reconnaissent pas les chansons dans ses concerts et sont déçus. C'est une cinquantaine d'albums différents depuis lors. Ce concert de 1966 marque le début de la suite éblouissante de ce génie du XX ème siècle. On aurait bien aimé être là.

  • MARDI 10 NOVEMBRE /// THE ANGELCY + MALHABILE /// AKWABA
  • Faada Freddy – Crest Jazz Vocal 2015
  • Le Cabaret Vert selon....
  • Le Bouche à Oreille #16 - Set&Match
  • Concert de The Soft Moon à l'I-Boat
  • Le Bouche à Oreille #15 - Gontard

ENVOYEZ NOUS VOS PROJETS Á :
Un Disque Un Jour
350 Chemin du Pérussier
84170 Monteux

On est qui et on fait quoi ? Un Disque Un Jour est un rendez-vous pris quotidiennement avec tous les curieux de la musique et dont le but est de faire découvrir ou redécouvrir des disques dans tous les styles et qui valent le coup d'être écoutés. L'équipe est composée actuellement de 10 personnes + quelques électrons libres et nos critères de choix sont totalement subjectifs, basés sur des goûts personnels et ne souffrent d'aucune contrainte. Pour nous suivre rendez-vous également sur facebook et twitter.

Pour nous contacter :
Programmation, chronique d'album, presse, pro & publicité : hello@undisqueunjour.com

Partenaires :